Renault-Nissan moteur diesel

accélérateur de performance

Bertrandt France participe au développement du dernier moteur diesel de l’Alliance Renault-Nissan

Renault inscrit une gamme renouvelée de groupes motopropulseurs dans sa stratégie, tous conformes à la réglementation Euro 4. Honneur au dernier né de la gamme moteur, le 2.0 dCi (M9R), dont une partie du développement a été confiée à Bertrandt France.

 

L’enjeu : développer le moteur diesel le plus performant du marché dans le respect des contraintes environnementales

Conçu sous l’autorité de Renault, le nouveau diesel du groupe se veut concurrent des plus performants propulseurs disponibles sur le marché, notamment ceux des constructeurs allemands. C’est dans la genèse de cet ambitieux projet que Bertrandt prit part au développement de l’ensemble du haut moteur, des lots admission échappement, ainsi que de la mise au point mécanique. Avec une particularité : des contraintes industrielles fortes et des impératifs environnementaux.

Prise en compte des contraintes industrielles

Le développement du M9R s’est accompagné de la mise en place d’une nouvelle ligne d’assemblage dans l’usine de Cléon, près de Rouen. Les interlocuteurs process ont été associés dès la phase de conception aux différents développements des pièces afin de prendre en compte le plus en amont possible leurs demandes spécifiques. L’anticipation des besoins process, après-vente, montage en usine véhicule et moteur ont fait partie du travail de conception de Bertrandt, en association avec les fournisseurs. Cela dans l’objectif permanent d’assurer une production qui répond aux exigences qualité de Renault.

Les impératifs environnementaux

L’arrivée de ce nouveau groupe motopropulseur coïncide avec l’obligation de mettre toutes les mécaniques en conformité avec les normes de dépollution Euro 4. Il n’était pas question pour autant de renoncer aux performances ! En optimisant l’ensemble des éléments, sans révolution technique, les équipes Renault et Bertrandt ont réussi le pari d’améliorer sensiblement puissance et couple, ainsi que les consommations de carburant. Pas de « multi-turbo » ni d’injection à des pressions toujours plus élevées, le M9R utilise des techniques éprouvées.

La conception

Dans le périmètre haut moteur et admission, Renault a fait appel à des équipements de pointe afin de tirer toute la quintessence de son nouveau propulseur. L’injection Bosch est de troisième génération, avec des injecteurs piézo-électriques à 6 trous autorisant 4 à 5 injections par cycle. A 3 000 tours/min, on trouve encore deux pré-injections, l’injection principale et une post-injection. Les deux premières ont pour objectif de chauffer la chambre de combustion pour une inflammation rapide lors de l’injection principale ainsi qu’une réduction du bruit, tout en améliorant la dépollution. Puis la post-combustion dissipe les suies. Celles qui restent sont captées par le filtre à particules à régénération périodique. Ces améliorations de l’injection vont de pair avec une baisse du taux de compression (désormais de 15,7/1) que l’on retrouve sur tous les nouveaux moteurs à injection à rampe commune de troisième génération. Cette solution limite la température de combustion et les émissions de NOx à l’échappement. Bertrandt est heureux d’avoir pu également s’associer à l’adaptation de l’admission d’air, élément tout aussi essentiel pour la performance de ce bloc.

 

La validation numérique

Les activités de validation numérique ont accompagné toutes les phases de développement du projet. Bertrandt a assuré l’itération des calculs des pièces (système d’injection, admission d’air,…) et a participé, en coopération avec les équipes Renault, à la conception du système EGR (tuyau et vanne). Sur le périmètre échappement, les calculs ont également été effectués sur les caractérisations vibratoires de l’ensemble collecteur, turbo et pot catalytique. Les travaux se poursuivent aujourd’hui sur les phases de développement amont des nouvelles versions, sur des pièces telles que carter chapeaux de paliers et culasse. L’objectif est ici d’anticiper les évolutions structurelles imposées notamment par les nouvelles normes de choc piét

La mise au point

Les premiers essais sur bancs moteurs puis véhicules sont la concrétisation des travaux de conception et de calcul. Ils nécessitent un suivi et une analyse des défaillances rencontrées lors des cycles de validation propres à chaque constructeur automobile.

Bertrandt fut chargé d’un vaste périmètre intégrant de nombreux éléments du contrôle moteur (admission, EGR, échappement). Au delà du suivi quotidien, la mission comprend également les analyses complètes de pièces après essais ainsi que la proposition d’évolutions en cas de défaillance, en coopération avec les équipes de conception et les fournisseurs.

La gestion des fournisseurs

Les fournisseurs sont associés à l’ensemble des processus de développement et d’industrialisation du moteur. Les équipes Bertrandt travaillent en étroite collaboration avec ces fournisseurs pour la totalité de la gestion et des définitions techniques des pièces. Cette collaboration s’accompagne en interne de rencontres régulières avec les services achats, qui restent de responsabilité Renault, notamment pour la définition des panels de consultations, les affections finales, ainsi que toutes les négociations financières. Ce travail en commun avec les équipementiers se poursuit jusqu’à la transmission des dossiers à la « vie série », qui prend alors en charge la destinée du moteur lors de sa mise en production.

 

L’organisation du projet : délégation de responsabilité, équipe en plateau, partenariats, flux de communication

Dans le cadre de notre coopération avec Renault, le M9R fait partie des exemples de projets avec délégation de responsabilité à Bertrandt. Ce fonctionnement en rupture avec l’assistance technique, introduit la notion de jalons projet ainsi que de livrables sur lesquels Bertrandt est engagé au même titre que les équipes Renault. Un comité de pilotage mensuel rythme ce type d’organisation. Par nécessité, nos livrables projets ont été calqués sur ceux de Renault pour assurer une meilleure transparence et cohésion du projet global.

 

La planification du projet

Afin d’assurer le respect des jalons du projet et de décliner pour chacun des métiers l’ensemble des activités, il est impératif d’assurer une planification rigoureuse. Cette mission nous a été confiée sur la totalité du projet. L’ensemble des tâches de conception, figeage des définitions techniques, mise à disposition des pièces ainsi que la mise au point engageant des essais bancs et véhicules, sont ainsi synchronisées dans l’objectif de passer les revues de projet avec succès, cela jusqu’à l’accord final de fabrication.

 

Le M9R aujourd’hui

Industrialisé à Cléon, où il est prévu qu’il représente bientôt la moitié de la production de l’usine, le M9R est destiné à équiper rapidement de nombreux véhicules des gammes Renault et Nissan. Les équipes Bertrandt oeuvrent désormais à de nouvelles applications de ce bloc avec le même engagement et motivées par de nouveaux défis. Aujourd’hui, le projet mobilise 30 personnes réparties sur notre site de Bièvres et le site de Renault à Rueil Malmaison.

 

Conclusion

Au terme de ces 4 années de développement, Bertrandt est heureux d’avoir pu être associé à ces challenges techniques, comme accélérateur de performance! Nous retiendrons également la confiance que nous a attribuée notre client Renault en nous déléguant la responsabilité des périmètres confiés.