Airbus A380 - Le ciel comme unique limite

Conception et réalisation de maquettes de l’Airbus A380
A la demande de la société Lühmann Ingenieur AG de Buxtehude (Allemagne), la société d’ingénierie Bertrandt a conçu et fabrique deux maquettes d’équipements intérieurs de l’Airbus A380 uniques en leur genre : un « Cabin System Test Center » (CSC) pour les tests en cabine, des scénarios d’éclairage, des démonstrations, des présentations et des ateliers ainsi qu’une maquette virtuelle d’équipements intérieurs (EXPO Mock-up) transportable pour les expositions. La conception débute à Ehningen, près de Stuttgart. C’est là qu’en septembre 2004 trois équipes Bertrandt sous la direction de Christian Riedel de la société Airbus de Buxtehude et du chef de projet Bertrandt, Dirk Liebegall, se lancent dans ce projet ambitieux.

Exigences du projet
Pour le nouveau fleuron d’Airbus qu’est l’A380, le partenaire en développement Bertrandt devait réaliser en amont une copie des équipements intérieurs de la cabine qui soit la plus fidèle à l’original. Le challenge de ce projet consistait notamment à intégrer dans la structure raccourcie mais proche du fuselage d’origine, les composants d’équipement intérieur, montés aussi bien dans les zones cylindriques que coniques, au moyen d’un châssis secondaire flexible.

Le « Cabin System Test Center »
Le centre de tests en cabine « Cabin System Test Center » (CSC) fut construit à Buxtehude par la société Lühmann Ingenieur AG (Airbus Buxtehude). Il était question de reproduire la cabine de l’Airbus A380, dont la longueur d’origine est de 50 mètres environ. L’objectif était de représenter en système réduit le plus d’options possibles intégrées au plus grand nombre possible de reproductions de composants de cabine. « Le tout sur 22 mètres de long », tel que le souligne le chef de projet, Dirk Liebegall.

La société Lühmann mit la structure métallique (fuselage) à disposition. Les ingénieurs Bertrandt, de leur côté, développèrent les données CAO destinées au CSC à partir des données de plan de forme de l’Airbus. Parallèlement, un concept de système de retenue fut mis au point afin de pouvoir monter les nombreuses pièces détachées de différentes manières. Ainsi, par exemple, il fallut tester, dans la cabine reproduite, les scénarios d’éclairage les plus variés, de la simulation de la lumière du jour jusqu’à l’obscurité complète, en passant par toutes les étapes du crépuscule. Les passagers, ainsi tranquillisés, étaient alors en mesure de subir un décalage horaire. Le développement du système d’étanchéité s’avéra quant à lui ardu. En effet, aucun rayon lumineux provenant du système d’éclairage entièrement fonctionnel ne doit pénétrer entre les habillages intérieurs.